Etape 1 :
le rassemblement

Nous nous retrouvons dans nos assemblées de quartier et mettons en place notre gouvernance autogérée ODG (Organisation Démocratique Globale).

Nous développons notre autonomie et nous nous préparons ensemble à l’étape suivante.

C’est une étape progressive dans laquelle nous mettons en place notre gouvernance autogérée ODG (Organisation Démocratique Globale)

Nous diffusons le projet.

Nous préparons notre autonomie future (alimentaire, énergétique, etc).

Nous anticipons l’étape suivante en faisant le point sur chaque secteur (qui fera quoi ?).

Nous choisissons les modalités d’organisation.

Nous passerons à l’étape suivante quand, ensemble, nous serons prêts.

Etape 2 :
la transition

Massivement, le même jour, nous continuons nos activités dans notre domaine de connaissances habituelles mais sans utiliser d’argent.

L’étape 1 sert à préparer cette seconde étape (développer l’autonomie autant que possible, connaître ceux qui assureront tel ou tel secteurs etc.)

Puisque nous déciderons ensemble du jour où nous passerons à l’étape suivante, nous choisirons le jour où nous serons prêts.

Aussi le projet MOCICA propose à chacun de continuer son activité habituelle temporairement. Pourquoi ?

c’est simple pour tout le monde (ce sont des savoir-faire que nous pratiquons presque machinalement)

les bases de la société seront assurées

nous aurons la liberté dès les premiers jours de cette étape de mettre en place l’organisation convenue ensemble lors de l’étape 1.

Etape 3 :
l'organisation

Nous mettons en place notre société non marchande suivant des modalités choisies ensemble.

Cette étape s’enchaîne dès le début de l’étape 2. Immédiatement pour certains (métiers de la finance) plus tardivement pour d’autres.

C’est la mise en place progressive de notre société non marchande selon des modalités choisies ensemble lors de l’étape 1.






Une société non marchande : les principes



Chacun choisit le pôle d'activité suivant ses aptitudes et compétences

Pas de concurrence, on peut enfin coopérer.

Chaque pôle assure gratuitement son rôle pour les autres.

On partage les secteurs qui ne trouvent pas de volontaire

Cela assure l'équité pour tous.

De plus, la pénibilité est réduite à son minimum.

Par exemple, si la collecte des déchets d’une ville était partagée entre ses habitants (hors incapacités physiques ou intellectuelles), l’effort serait alors réduit à son minimum.

Lorsque c'est abondant ou de première nécessité

On ne gaspille plus. On répartit mieux. On partage.

Lorsque c'est rare, on délibère selon des critères...

...d'utilité
Ex : une maison de plain-pied à des personnes âgées ou handicapées.

...écologiques
Ex : un logement proche de son lieu d'activité.

...d'équité
par tirage au sort.

ou selon toute autre modalité de notre choix

Prendre des décisions ensemble : l'Organisation Démocratique Globale (ODG)

5 niveaux de prises de décisions :
Quartier, Ville/Village, Ressources (région), Culture (nation), Monde

Toutes les décisions partent des assemblées de quartiers ou de communes. Les coordinateurs d'un niveau d'assemblées forment l'assemblée du niveau supérieur.
Pour exemple, les coordinateurs des communes formeront l’assemblée régionale (la zone de ressource).

Les coordinateurs sont :
- non décisionnaires
- tournants

Les assemblées sont autonomes dans leurs modalités d'organisation et de désignation de leurs coordinateurs.

Les abus sont-ils possibles ?

Sans argent, on ne peut exiger d'en avoir plus que les autres.

Sans argent, on ne peut exiger d'être servi par les autres.

Il est alors nécessaire pour chacun de respecter les accords convenus ensemble.

Par ailleurs nous avons les outils pour gérer une productivité et une répartition ajustée.

An error has occurred. This application may no longer respond until reloaded. Reload 🗙